Leader14-20 est un projet coordonné par le GAL 100 village – 1 avenir du sud de la communauté germanophone qui prévoit des actions de sensibilisation et d’éducation.

(mai 2017)

Comme mentionné dans le Rapport annuel 2015 (p.10), Courant d’Air obtenait en octobre 2015, sous la plume du GAL (Groupement d’Action local) 100 Villages – 1 Avenir et de la WFG (Wirtschaftsförderungsgesellschaft, Société de promotion du développement économique) – le soutien financier de la Région wallonne et de l’Union européenne pour la mise en œuvre du projet LEADER La Chasse aux Joules. L’objectif principal de ce projet consistait à sensibiliser les futurs décideurs et acteurs de la société que sont les enfants et adolescents aux enjeux de la consommation d’énergie en prenant leur bâtiment scolaire comme point de départ des animations et de la réflexion (voir l’article p.5-6 du dernier numéro de la Gazette des Coopérateurs)

Depuis octobre 2016, le projet est devenu réalité dans la première Chasse aux Joules, l’édition 2016-2017, et nous allons vous exposer comment à travers les grands axes de son développement que sont les travaux préparatoires, les animations débouchant sur le lancement du plan d’action des écoles et la mesure et évaluation des économies d’énergie réalisées.

Les travaux préparatoires ont consisté de février à septembre 2016 d’une part à mettre en place les outils de promotion du projet, d’autre part à développer le site internet TRANSMEDIA conçu à la fois comme outil de promotion et comme forum d’échange et d’information pour les participants, et enfin à préparer les contenus de deux des quatre animations prévues.

www.generationzerowatt.be

Promotion du projet

La promotion du projet a compris la réalisation d’une brochure couleur de 16 pages en allemand présentant le projet et son déroulement. Elle a été imprimée fin août en 100 exemplaires et distribuées aux enseignants des communes d’Amel, Bütgenbach et Büllingen. Un partenariat de Courant d’Air avec le réalisateur Alain de Halleux a de plus permis la réalisation d’un court-métrage en noir et blanc présenté en début de séance dans les deux cinémas du territoire des cinq communes. Enfin, une vidéo simulant une classe de 5°-6° travaillant sur le projet a été tournée et mis, avec le court-métrage et la brochure, en septembre à la disposition du grand public dans la partie Enseignants du site internet TRANSMEDIA. La promotion du projet a enfin fait l’objet de deux séances d’information dans deux communes et une école. Tout cela a abouti à l’inscription des quatre écoles fondamentales d’Amblève, Born, Deidenberg et Rocherath, et à un intérêt certain des écoles de Butgenbach et de Weywertz pour l’année prochaine, ces écoles ayant déjà souscrit à d’autres projets pour l’année scolaire en cours.

Site internet TRANSMEDIA

Ce travail préparatoire a fait l’objet de l’embauche à mi-temps chez Courant d’Air du développeur de site web Bruno Dannemark. Après trois rencontres de partage d’expérience et de réflexion sur la structure et les contenus du site avec des acteurs clés du CIFFUL (Centre d’Information et de Formation des Formateurs de l’Université de Liège), d’Architecture et Climat (Centre de recherche sur l’habitat durable de l’Université de Louvain) et de l’asbl liégeoise La Besace (active en province de Liège sur le projet de la Chasse aux Joules depuis 5 ans), il a été décidé de développer un site entièrement bilingue en trois parties : une partie page d’accueil s’affichant automatiquement en français ou allemand selon la configuration de l’ordinateur de l’utilisateur et permettant d’accéder librement aux deux parties Enseignants et Elèves/Classes, avec la possibilité de changer de langue à tout moment. Les rencontres à Liège ont aussi conditionné le choix du CMS (Content Management System, module permettant à l’administrateur du site d’y insérer et modifier les contenus) et du graphisme du site. Le site a été baptisé Génération Zéro Watt et est consultable depuis septembre 2016 sur www.generationzerowatt.be. Bruno a adapté les contenus pédagogiques des acteurs cités au support internet (entre autres par la création de Boites à Outils à plusieurs niveaux d’approfondissement cliquables sur les trois domaines phares du projet que sont l’éclairage, les appareils électriques et le chauffage) et les a présentés en tenant compte des besoins des enseignants (tous les contenus de la partie Enseignants sont directement imprimables en format PDF pour une utilisation aisée en classe). Il les a ensuite intégralement traduits en allemand et rempli les pages de la version allemande du site, ce qui représente une centaine de pages et plusieurs centaines d’éléments interactifs.

La partie Elèves/Classes du site comprend deux niveaux, un niveau accessible à tous avec une photo de l’école et ses contributions définis comme visibles par tous par les Classes, et un niveau réservé aux participants, de type Facebook et appelé G-Book (pour Generation-Book)  pour lequel ceux-ci reçoivent un mot de passe leur permettant d’y poster textes, vidéos et photos. Les participants peuvent choisir de limiter chacune de leurs contributions sur le G-Book à eux-mêmes, ou de l’élargir aux autres participants, voire au grand public.

Animations dans les écoles

Pour la gestion et réalisation au jour le jour du projet, à savoir l’interaction de sensibilisation dans les classes, l’accompagnement des classes dans la mise en œuvre de leur plan d’action et la mesure des économies réalisées, Courant d’Air a engagé une animatrice à mi-temps, Fiorenza Boccali. Celle-ci a d’abord dû se familiariser avec le projet par la lecture des contenus du site et une journée d’échange d’expérience à Liège avec l’asbl La Besace début octobre. La formation de Fiorenza s’est poursuivie par sa participation en tant qu’observatrice aux deux premières animations de La Besace (animation sur l’effet de serre et audit participatif). Parallèlement à cette formation préparatoire sur le terrain, les contenus de chaque animation et les documents de correspondance avec les écoles repris de La Besace ont été traduits en allemand et le matériel correspondant rassemblé.

L’animation sur l’effet de serre

Le but de cette animation consiste à faire découvrir aux enfants l’effet de serre naturel et celui anthropogène généré par l’utilisation non raisonnée des énergies fossiles et répond ainsi au premier objectif du projet, la sensibilisation. A cet effet, les enfants ont constaté à l’aide d’un moniteur de CO2 que l’air de la classe se charge rapidement en CO2 en leur présence. Ils ont alors réfléchi à la méthode d’aération la plus judicieuse pour minimiser les déperditions d’énergie. Puis ils ont mesuré, à l’aide d’un appareil de mesure de CO2 mobile, l’émission de CO2 de la voiture de l’animatrice et comparé celui-ci à leur propre émission de CO2 et réfléchi à ce qui les différencie. A ce stade, ils ont exploré plus précisément quelques-unes des conséquences de l’effet de serre anthropogène: La fonte de la banquise, laquelle détruit le domaine de chasse de l’ours polaire sans influencer le niveau de la mer, comme les enfants d’abord sceptiques ont pu le constater à l’aide d’une expérience; la dilatation des océans provoquée par le réchauffement de la planète (occasion d’une autre expérience), laquelle, conjointement à la fonte des glaciers, contribue à l’augmentation du niveau de la mer, lequel à son tour et en combinaison avec le changement climatique, laisse présager d’importantes migrations de populations (dernière visualisation).

Le sens de la transition énergétique – qui sous-tend cette animation – avait d’ailleurs été expliqué fin septembre/début octobre aux classes de Born, Deidenberg et Amblève lors de la Semaine de la Mobilité au parc éolien de Waimes : après la projection d’un court-métrage sur la transition énergétique, les enfants avaient découvert toutes sortes de choses sur les éoliennes (leur coût, dimensions, performance, implantation, le fonctionnement d’une dynamo, …). Ils avaient ensuite fait un jeu d’agencement sur les sources d’énergie renouvelables et fossiles, les diverses centrales permettant leur exploitation et les formes d’énergies que l’on peut en tirer (chaleur ou électricité).

Audits participatifs

C’est l’objectif de la seconde animation, l’audit participatif, réalisé dans les classes entre fin novembre 2016 et début janvier 2017. Les élèves ont été répartis en binômes et ceux-ci constitués en 3 équipes affectées aux domaines de l’éclairage, des appareils électriques et du chauffage. Dotés d’appareils de mesures et le cas échéant des valeurs recommandées pour l’objet de leurs mesures – thermomètre, thermomètre à infra-rouge, luxmètre et wattmètre –, les binômes partent à la chasse aux joules dans les salles qui leur sont indiquées et y remplissent leur questionnaire. Puis chaque équipe fait la synthèse des sources de gaspillage constatées et réfléchit à la façon de les éliminer. Un échange par groupes de trois contenant un représentant de chaque équipe a alors lieu, ce qui permet à chaque élève de raconter sa propre chasse et d’en apprendre plus sur celle des autres. Enfin, les trois équipes présentent à tour de rôle leur plan d’action aux membres adultes de leur éco-team (échevines des affaires scolaires et techniciens communaux) invités exprès pour l’occasion, pendant que Fiorenza en écris les points au tableau. On décide par exemple d’utiliser correctement les multiprises à interrupteur ou d’en acheter de nouvelles, de dévisser un tube néon sur deux dans certaines pièces ou de baisser le chauffage au maximum pendant toutes les vacances scolaires. On instaure un service dans chaque domaine afin que les salles peu utilisées ne soient pas chauffées tout le temps à 21°C, que la photocopieuse et l’imprimante principale ne continuent pas de consommer du courant en standby pendant la nuit, les week-ends et les vacances, et que la lumière soit éteinte dans toutes les classes pendant toutes les pauses.

De retour à Elsenborn, Fiorenza compile le plan d’action élaboré à chaque audit dans un fichier qu’elle envoie à tous les membres de l’éco-team. De manière générale, on peut dire qu’il y a trop d’éclairage dans les écoles, que les appareils électriques ne peuvent souvent pas être déconnectés quotidiennement et dès après leur utilisation en raison de câblages non raisonnés, que les écoles sont trop chauffées et que les utilisateurs y consomment l’énergie sans trop y penser.

Sensibilisations

Courant d’Air a choisi d’élargir la Chasse aux Joules au chauffage pour la pure et simple raison que c’est un domaine où le gaspillage énergétique est énorme s’il n’y pas eu de programmation différenciée de la chaufferie, les bâtiments scolaires présentant la particularité de rester inoccupés 80% de l’année. La réflexion sur la sensibilisation au chauffage a débouché en décembre 2016 sur la conception d’un kit d’isolation permettant aux élèves de comparer (à l’aide de mesures régulières de la température) la déperdition de la chaleur de l’eau contenue dans un tube au centre de trois volumes égaux de brique, mousse isolante et bois, et sur l’achat d’une caméra infra-rouge à utiliser sur le corps des élèves et en différents points du bâtiment scolaire.

L’accompagnement des écoles dans la réalisation de leur plan d’action et la sensibilisation aux enjeux du chauffage constitue une autre facette du projet. Il a fallu relancer début janvier 2017 les échevines des affaires scolaires des deux communes pour l’achat de multiprises, de détecteurs de mouvement, de stores pare-soleil et la réalisation de travaux d’électricité ; communiquer avec les électriciens communaux pour la réalisation de devis et communiquer avec les chauffagistes communaux  pour la collecte d’informations concernant le réglage des 4 chaufferies pendant les temps d’occupation et d’inoccupation des écoles. Notamment, une rencontre entre les deux chauffagistes communaux et Jacques Claessens de Architecture et Climat a eu lieu le 10 février 2017 pour comprendre les freins au changement des écoles dans leur régulation du chauffage. Une bonne compréhension du comportement du chauffage en période d’inoccupation du bâtiment déterminant l’ampleur des économies réalisables, Courant d’Air a installé fin décembre dans une école une station météo mesurant en continu la température de ses quatre classes et dont les enregistrements sont accessibles à tout moment sur internet via un compte (Netatmo). Nous avons ainsi constaté dans cette école l’absence de tout réglage à la baisse de la température pendant les vacances de Noel, avec pour conséquence un chauffage travaillant inutilement à 21°C en pleine période de chauffe.

Mesure des économies réalisées

Il va de soi que les écoles doivent pouvoir voir l’impact de leurs actions sur leur consommation réelle d’énergie. Pour ce faire, Courant d’Air a choisi d’utiliser, comme prévu dans la fiche-projet, des compteurs intelligents (appelés Smartmeter) placés dans chaque école participante.

Par l’intermédiaire de divers appareils et plateformes de collecte, de transmission, de traitement et de mise à disposition des données installés par CA avec le Smartmeter proprement dit, les enregistrements du smartmeter sont convertis en graphiques à composantes variables accessibles individuellement par la classe sur son compte G-Book. La classe pilote reçoit par ce moyen un retour direct sur son comportement en matière d’éclairage et d’utilisation des appareils électriques. Elle peut ainsi voir si et dans quelle mesure une action a induit une économie d’électricité.

Il convient ici de suivre en permanence la représentation et la mise à disposition des données et de procéder aux ajustements nécessaires. Ce que les élèves en retiendront dépend de la facilité d’accès et de la clarté dans la présentation des données recherchées et en sera aussi riche et durable que ces deux facteurs auront été optimisés. Etant donné que la technologie des Smartmeter et leur interprétation (à travers les services internet Opisense et Power Bi) en est encore à ses balbutiements, les investissements réalisés en début de projet ont été considérables. Le potentiel de cette technologie n’en reste pas moins inestimable et devrait conduire à des observations exploitables aussi en cas d’utilisation dans les ménages (Cociter).

Parallèlement, les index de la consommation électrique ont été relevés tous les 15 jours dans chaque école. Quant au chauffage, la capacité du réservoir de mazout a été mesurée ou le débit de la chaudière à pellets recherché et le niveau de remplissage jaugé régulièrement depuis l’ouverture de la chasse en combinaison avec les historiques des livraisons de mazout et de pellets.

Lors de l’assemblée générale 2017, quand la période de chauffe de l’année scolaire en cours touchera à sa fin, les résultats concrets des plans d’action des quatre écoles vous seront présentés par Bruno et Fiorenza. Globalement, cette première édition de la Chasse aux Joules permettra à Courant d’Air de rôder ses outils (mesures et historiques des consommations, site internet, Smartmeter, contenus des animations) et de mettre les plannings prévus (espacement des animations, communication avec les écoles, les communes et les techniciens) à l’épreuve de la réalité et permettra d’affiner le projet pour les prochaines éditions.